Accueillir les thèmes du Chapitre hier et aujourd'hui

2Aussi longtemps que nous resterons ouvertes à l’oeuvre du Saint-Esprit en nous, Celui-ci se manifestera indubitablement dans notre Congrégation. Encore une fois, nous avons devant nous un nouveau thème du Chapitre : Libérer l'énergie de guérison du Christ ! Certainement, si nous mettons en pratique ce principe selon le commandement de Jésus, “comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres,” celui-ci produira les fruits désirés. Ensuite, nous ferons face aux défis propres à chaque voyage, surtout pour ceux qui demeurent du côté des opprimés et de ceux qui sont encore exclus du banquet de la vie.

Notre charisme de guérison est très étendu et nous donne une latitude illimitée et d’infinis chemins où marcher. Peu importe ce que nous puissions souhaiter de poursuivre, on nous donnera toujours une chance. Notre Charisme ne connaît pas de frontières. Il a déjà physiquement surpassé des restrictions de temps et d'espace et il continue à être actuel. Par conséquent, les thèmes du Chapitre qui nous ont été suggérés au cours de tant de générations étaient toujours des défis qui nous ont continuellement conduites à la croissance. Nous les accueillerons toujours.

Je veux parler selon ma pensée et mes sentiments. À mon avis, en tant que femmes, nous avons tendance à compliquer notre vie. Je crois que si Mère Françoise était encore en vie aujourd'hui, elle serait beaucoup plus inspirée par l’action et la prière que par les simples mots. En effet, j’ai la conviction qu’elle passerait plus de temps avec les personnes nécessiteuses, souffrantes et abandonnées et qu’elle utiliserait avec celles-ci des mots de foi et d’espoir pour notre monde qui est si dépourvu de vraies valeurs et d’amour.
 
Je transcris ici les mots d'un vieux prophète de Dieu, l’Évêque Dom Pedro Casaldáliga, un homme que même les années n’ont pas réussi à réduire au silence. Bien qu'il eût un corps fragile, son esprit n'avait pas vieilli. Voici ses mots de sagesse pour les jeunes gens qui participaient à la 10e rencontre de la Pastorale de la jeunesse au Brésil, laquelle a eu lieu du 8 au 14 juillet à Maringa, Parana :

"... En tant que chrétiens, nous avons le droit et le devoir de répandre les graines de l’espoir. En effet, nous pouvons manquer de tout, sauf de notre espoir. Nous sommes l'Église de Pâques et nous devons vivre avec un coeur pascal durant toute notre vie. Nous devrions être indignés sans jamais perdre la force et l’espoir. Nous devons être les témoins du Royaume de Dieu, les témoins de la cause de Jésus, laquelle est la cause du Père... " 

Je crois qu’en lançant ce message aux jeunes, Dom Pedro voulait étendre cette même leçon à nous tous afin que nous ne permettions pas que la folie du monde supprime la prophétie. Nous ne pouvons pas perdre l'espoir. Comment pouvons-nous donner de la sapidité à la vie si en tant que sel nous perdons notre pouvoir d’assaisonner ?

En tant que disciples du Saint-Esprit, nous sommes guidés par sa sagesse peu importe l’endroit où nous servons. Et nous ferons face aux nouveaux défis avec de l’action concrète en fleurissant dans tout endroit où Il nous a plantés pour nous développer et “libérer l'énergie de guérison du Christ !”

Sr. Maria Lúcia Barbosa de Oliveira, SFP

1 banner celebrando fr

banner foto MF fr

3 banner preghiera fr

4 banner canonizzazione fr

2 banner p biblico fr

Newsletter

fundation bottom fr