Vous êtes ici:

PDF

Une façon de voir comme chaque chose

est connectee et integree avec tout

inc1Puisque tout est étroitement lié, les problèmes actuels nécessitent un regard approfondi sur toutes les dimensions de la création dans son ensemble. L’écologie, la science qui étudie les relations entre les organismes vivants et l’environnement dans lequel ils grandissent, fait partie de nos vies.

Il faut respecter les limites dans l’exploitation de la nature de sorte que, pour le bien de tous, elle ne soit pas endommagée.

Rien de ce que nous faisons pour le bien commun est une perte de temps. Si tout le monde avait un sens de communauté, le monde serait un meilleur endroit pour tous. Nous ne sommes pas des êtres séparés, chacun d’entre nous ne vit pas seulement pour soi-même, mais nous sommes une communauté de personnes qui dépendent les unes des autres et qui recherchent les moyens pour mener une vie saine.

Cette interdépendance nous amène à penser à un monde unique avec un projet commun, mais la même intelligence qui est capable de générer un développement technologique énorme ne peut pas trouver des moyens efficaces pour gérer et résoudre au niveau international les graves problèmes environnementaux.

La perte des valeurs fondamentales nous conduit à perdre le respect de la nature. Les puissants, séduits par des intérêts effrénés, ne pensent pas au bien commun.

Des problèmes tels que la déforestation illégale et les gazs nocifs qui polluent l’environnement, ne sont pas pris au sérieux, pour sauvegarder les intérêts de ceux qui exploitent les ressources naturelles.

Il y a quelques temps, le Musée Américain d’Histoire Naturelle a consulté un certain nombre de biologistes en leur demandant s’ils pensent que nous sommes au milieu d’un processus d’extinction de masse, et soixante-dix pour cent d’entre eux a déclaré que, en fait, c’est ainsi.

L’Univers fait déjà sa part pour arrêter la catastrophe, mais nous, nous devons faire la nôtre. Et nous pouvons le faire en éveillant une nouvelle cosmologie de la conscience, et en adaptant notre comportement à la logique de l’univers.

inc2Nous devons avoir une nouvelle conscience et assumer collectivement la responsabilité de la protection de notre maison commune, et de la préservation de notre civilisation.

Adapter notre comportement à la logique de l’Univers signifie répondre aux appels qui nous viennent du soi-disant principe cosmologique.

Ce principe est celui qui structure l’expansion et la création de l’univers avec tous ses êtres, animés et inanimés. Il se manifeste avec trois caractéristiques - Différenciation / complexification et Interdépendance / Communion.

Plus l’univers se répand, plus il devient complexe, et plus il devient complexe, plus il gagne en intériorité et subjectivité.
Chaque être a sa propre façon de raconter et d’écrire sa propre histoire, et plus il gagne intériorité et subjectivité, plus tous les êtres entrent en communion les uns avec les autres et renforcent leur connexion dans le cadre de l’appartenance à un ensemble plus vaste.

Les théologiens de la libération, en quarante ans de réflexion, ont étudié la dimension économique, sociale, anthropologique et spirituelle de la libération, comme réponse à des formes spécifiques d’oppression dans le contexte d’une crise écologique généralisée et ont intégré cette vision cosmologique.

En termes de principe cosmologique, libération personnelle signifie se libérer des contraintes de l’égoïsme pour se sentir en communion avec l’univers entier, dans ce phénomène que les bouddhistes appellent “Illumination,” l’expérience de la non-dualité que saint François a vécu dans le sens d’une communion ouverte avec tous les êtres vivants.

Sur le plan social, la libération, à la lumière du principe cosmogonique, exige également un approfondissement de l’intériorité.

inc3L’homme n’est plus satisfait par la simple consommation de biens matériels, mais cherche aussi la valeur dans la créativité, l’art, la méditation et la communion avec la mère terre et l’Univers.

La libération vient de l’effort de matrice relationnelle, en particulier avec ceux qui subissent injustice et qui sont exclus. Cette matrice nous fait sentir membres de la communauté de la vie, et fils et filles de la mère terre qui, à travers nous, sent, aime, se soucie et prend soin de notre avenir commun.

Enfin, du point de vue de la cosmogonie, la libération exige une nouvelle prise de conscience d’interdépendance et de responsabilité universelle. Nous sommes tous appelés à participer à l’histoire et à réinventer les moyens de réaliser la durabilité créative. Notre expansion nous demande l’accueil des dons et la capacité de transformer.

Par Sœur Maria Helena Carvalho, sfp

La contribution est tirée des textes du théologien brésilien Leonardo Boff

et des articles du Cardinal Geraldo Majella Agnelo,

Emérite Archevêque de Salvador de Bahia, Brésil.

PDF

Publié : 06/03/2017