Adieu

 

addioEn février 1876, il semblait y avoir tant de choses desquelles Mère Françoise devait se congédier :  la situation du Kulturkampf devint de plus en plus cruciale. 

Ne pouvant pas accueillir de nouvelles postulantes, les Sœurs durent envoyer toutes les Autrichiennes en Amérique.  Mère Françoise écrit dans son journal : « En dernier recours, il ne nous restera rien d’autre à faire que de secouer la poussière de nos pieds et d’y aller nous-mêmes.  Après tout, peu importe où nous allons, nous trouvons le Seigneur partout, et il y a du travail à faire partout. »

Mère Françoise était malade ; elle revoyait sa vie et sa vie avec Dieu. « Quand j’ai demandé à mon divin Sauveur ce qu’il attendait de moi, j’ai toujours eu l’impression d’entendre : « Aimer, aimer ». »

Elle passa du temps à penser à ses racines.  Comment tout cela avait-il commencé ?  Comment cela s’était déroulé ? Et enfin, où en suis-je maintenant ?

Pour une réflexion silencieuse à consigner dans un carnet :

Alors que votre temps de retraite touche à sa fin, qu’entendez-vous lorsque vous passez du temps dans la prière et la contemplation ?

En réfléchissant à votre propre parcours, comment répondriez-vous à ces questions de Mère Françoise ?

6 banner donazioni fr

1 banner celebrando fr

banner foto MF fr

3 banner preghiera fr

2 banner p biblico fr

Newsletter

fundation bottom fr