Mendiantes et vivant avec des femmes de mauvaise vie

 

mendLes sœurs commencèrent leur vie ensemble en s’occupant des malades dans leurs propres maisons, et plus tard, en accueillant des prostituées.  C’est à cause de leur œuvre avec ces « femmes perdues » que les Sœurs furent rejetées par les habitants de la ville. 

Malgré la perte du soutien financier, Mère Françoise s’était engagée à guérir les maux spirituels aussi bien que ceux physiques, et continua à vivre et à travailler avec parcimonie, partageant tout avec les femmes.

Dieu seul intervint quand les Sœurs du Bon Pasteur arrivèrent en ville et prirent en charge le ministère auprès des prostituées.

Face à l’épidémie de choléra qui se propageait en Europe, les Sœurs passèrent les mois suivants à soigner les malades à l’hôpital, vivant dans le même bâtiment que ceux-ci.

Sans jamais se soucier de leur propre sécurité et de leur santé, les Sœurs travaillaient sans relâche pour soulager les souffrances des autres.

Pour une réflexion silencieuse à consigner dans un carnet :

À votre avis, qu’est-ce qui a poussé d’autres femmes à s’unir aux Sœurs dans leur travail et leur vie malgré leur manque de popularité auprès des bienfaiteurs ?

Où va votre cœur quand vous lisez à propos des premières œuvres des Sœurs auprès des malades et des prostituées ?

Qu’est-ce qui vous a attiré chez les Sœurs Franciscaines des Pauvres ?

 

6 banner donazioni fr

1 banner celebrando fr

banner foto MF fr

3 banner preghiera fr

2 banner p biblico fr

Newsletter

fundation bottom fr